Hello my name is… Anne-Marie Kermarrec

Membre du cockpit du Poool cette année, Anne-Marie Kermarrec est aussi une entrepreneure qui a roulé sa bosse dans la recherche, en France et en Europe, pendant près de 20 ans.

Avant de fonder Mediego, Anne-Marie Kermarrec a consacré sa carrière à la recherche en informatique. Son PhD en poche en 1996, elle travaille en laboratoire, notamment aux Pays-Bas puis en Angleterre — dans le prestigieux Microsoft Research Lab à Cambridge. Elle entre ensuite à l’Inria, en 2004, comme directrice de recherche.

En 2008, elle explore déjà les systèmes distribués à grande échelle : le peer-to-peer computer, dont l’une des applications la plus connue est la blockchain. À la faveur d’un projet européen ERC, Anne-Marie Kermarrec développe des algorithmes de personnalisation et de recommandation en peer-to-peer. Le big data entre en scène et prend de l’ampleur. Anne-Marie Kermarrec quitte l’Inria en 2015 pour créer Mediego. Son métier : la personnalisation des contenus des médias en ligne vers leurs abonnés, dans leurs newsletters et applications mobiles.

Mediego, au cœur de la personnalisation

Très vite, l’entreprise se fait connaitre : lauréate du concours i-Lab en 2015, elle reçoit aussi en 2017 le Prix de l’innovation Inria – Académie des sciences – Dassault Systèmes. Entre temps, Mediego boucle sa première levée de fonds en 2016 auprès d’IT-Translation — une seconde est en cours. En 2017, Anne-Marie Kermarrec intègre la première promotion de l’accélérateur OFF7 du Groupe Ouest France : « nous avons pu mener des proofs of concept, qui ont montré de belles performances. Cette étape est cruciale dans l’histoire de Mediego, car nous avons affiné notre positionnement marché. »

Elle ajoute : « nous avons à cœur de préserver la ligne éditoriale du journal et d’éviter les bulles d’enfermement — propres aux réseaux sociaux, qui ont tendance à confiner les internautes à leurs centres d’intérêt. » Mediego travaille aujourd’hui avec Ouest France, la Dépêche Interactive, Euronews ou encore La Liberté. Des collaborations sont envisagées avec des titres de la presse régionale et nationale, comme Le Parisien ou Courrier international.

Entremêler les mondes de la recherche et des startups

Son rôle dans le cockpit du Poool ? « Au même titre que les autres membres, je participe à la définition des guidelines de la feuille de route, et j’accompagne l’équipe opérationnelle dans ses choix et décisions. » Mais Anne-Marie Kermarrec a une particularité : « j’ai une double casquette, liée à mon expérience : je connais bien l’univers de la recherche et l’écosystème des startups, notamment de la deep tech, en tant que créatrice de Mediego ».

Elle ajoute : « j’œuvre à ce qu’il y ait plus de perméabilité entre les laboratoires et les entreprises, à l’image des pays anglo-saxons. Lorsqu’on évoque nos publications scientifiques à des investisseurs américains, ils savent de quoi on parle. » Un groupe de travail est d’ailleurs consacré à ce sujet au sein du Poool.

Vous l’aurez compris, Anne-Marie Kermarrec est une entrepreneure convaincue… et engagée : « nous devons donner davantage de place aux femmes dans ce milieu informatique très dominé par les hommes », estime-t-elle.