Growth hacking challenge : les startups défient les étudiants

Identifier 4 leviers de growth hacking utiles à une startup en plein essor, tel était le défi lancé à 24 étudiants par Jonathan Grandin dans le cadre de son cours dédié à Digital Campus. Le 12 décembre dernier, de bon matin, les apprentis growth hackers ont donc défendu leurs idées devant un parterre d’entrepreneurs venus tout spécialement pour les écouter.

Le growth hacking, c’est quoi au juste ? Un concept né (lui aussi) dans la Silicon Valley : le terme regroupe des techniques et astuces de marketing qui permettent d’accompagner la croissance rapide d’une startup et sa recherche d’utilisateurs. Et si possible, à moindre coût ! Jonathan Grandin, consultant chez Akka Digital Solution (entreprise résidant à La French Tech Rennes St Malo) et à l’initiative de ce Growth Hacking Challenge, nous a confié que les meilleures initiatives sont souvent celles qui font preuve de créativité.

Le cas pratique, une confrontation au réel

Pour apprécier un concept à sa juste valeur, il faut le mettre en pratique. C’est ce que s’est dit Jonathan en proposant le Growth Hacking Challenge à ses élèves pour compléter son cours théorique d’un volet concret. Le concept ? Les étudiants, par groupes de 4, ont choisi une startup et réfléchi à la mise en place de 4 leviers pouvant accroître rapidement la visibilité de cette dernière. Challenge accepté pour les marketeurs en herbe de Digital Campus ! « On a analysé le travail des entreprises les plus intelligentes dans ce domaine, c’est à dire AirBnB et Spotify » nous ont expliqué Nino Mahaut et Cyprien Nicoleau qui ont travaillé sur la startup Frigo Magic.

Et ce challenge n’est pas un cas pratique isolé car les étudiants vont pouvoir rester en contact avec les entrepreneurs qui auront été convaincus par leurs idées de Growth.

La créativité, moteur de l’innovation ?

Pour les startups qui ont accepté de participer – et dont beaucoup sont issues du Booster de La French Tech Rennes St Malo – cette expérience était l’occasion d’avoir un regard neuf sur leurs projets. Un vrai atout car la tête dans le guidon, ce n’est pas toujours facile d’avoir un regard critique et des idées innovantes sur son business.

Pierre Houdant et trois de ses camarades ont travaillé autour de la startup TyKaz et proposé la mise en place d’un système de gamification pour récompenser les clients les plus fidèles. À partir de cette idée, ils ont ensuite développé des « sous leviers » innovants. Sortir des schémas classiques du marketing ? Une consigne à appliquer à la lettre pour réussir le challenge proposé par Jonathan Grandin.

Des retours très positifs

Le 12 décembre, les étudiants de Digital Campus ont donc passé leur grand oral devant les représentants de six startups, avec des retours positifs de part et d’autre. Sébastien Burel, co-fondateur de Frigo Magic, était surpris et enthousiaste à l’issu du challenge : « Nous ne leur avons donné aucune information sur l’appli et ils ont réussi à identifier notre cible qui est plutôt jeune et féminine. Je pense qu’ils ont bien compris quels étaient les leviers potentiels et comment ces derniers fonctionnent ».

Une première expérience qui s’est donc révélée très enrichissante : certains groupes d’étudiants sont restés en contact avec les entrepreneurs présents au Mabilay lors des présentations orales. Et le growth hacking n’a pas encore dévoilé tous ses secrets !