[International] Nos startups au MWC : Acklio

Acklio, une toute jeune startup rennaise créée en mars 2016, pourrait bien révolutionner le monde des objets connectés dans les années à venir. Le concept ? La création de nouvelles méthodes de compression/décompression dédiées aux architectures de réseau radio longue portée pour l’Internet of Things (IoT). Alexander Pelov, le cofondateur de l’entreprise, est présent à Barcelone au World Mobile Congress. Rencontre.

Quelle est la raison de votre venue au Mobile World Congress ? Avez-vous des objectifs pour ces quatre jours de salon ?

Acklio développe des logiciels pour l’Internet des objets (ndlr : IoT, Internet of Things). Pour être plus précis, nous travaillons sur les réseaux basse puissance et longue portée comme LoRa ou Sigfox par exemple. L’un de nos objectifs concerne la standardisation de nos produits, notamment pour les vendre à l’international.

Nous nous déplaçons à Barcelone pour présenter notre premier produit : un standard de gestion de réseau LoRa. Ce salon est aussi une opportunité pour rencontrer des clients potentiels, des partenaires, des collaborateurs. D’ici 2030, 7 à 10 milliards d’objets connectés fonctionneront avec des logiciels comme ceux que nous développons. C’est aussi en discutant avec les acteurs du marché, les grands opérateurs télécoms et les équipementiers que nous pouvons aider les entreprises à élargir leurs services et à créer de la valeur.

En étant installé à Rennes, avez-vous des difficultés pour vous développer à l’international ? Sur les principaux salons, les entreprises basées à Paris vous paraissent-elles privilégiées ?

Les clients ne se déplacent pas toujours à Rennes (rires). De façon générale, nous n’avons pas de problèmes particuliers pour créer des liens à l’international, nous nous rendons régulièrement à l’étranger. Acklio vient d’ouvrir un bureau en Bulgarie et nous pouvons également compter sur nos collaborateurs basés aux États-Unis.

En ce qui concerne les salons, chaque entreprise arrive avec sa propre technologie, il n’y a pas vraiment de concurrence régionale.

Avez-vous bénéficié d’aides spécifiques pour vous rendre dans la capitale catalane ?

Oui, nous partons grâce aux aides de Bretagne Commerce International. Sans cette subvention, nous ne serions pas présents au MWC. D’ailleurs, ce type de dispositif n’existe pas partout en France et c’est un véritable soutien qu’offre la région Bretagne aux startups !