Le Booster Saison #5 : Élia-digital

À l’aide d’une application et d’un chatbot, Élia-digital souhaite apporter des réponses aux nombreuses questions que se posent les propriétaires d’animaux.

 

En travaillant pendant deux ans au sein d’une clinique vétérinaire, puis cinq ans pour un laboratoire pharmaceutique, Élise Bertet a côtoyé des centaines de vétérinaires.

Très vite, elle constate que beaucoup ont remarqué un manque d’informations chez de nombreux propriétaires d’animaux. Elle a alors l’idée de créer Élia-digital, une intelligence artificielle dont le but est de centraliser du contenu informatif pour les amoureux des bêtes.

Apporter des informations essentielles

Vétérinaire de formation, Élise Bertet explique qu’il est toujours frustrant de faire face à des animaux qui sont soignés trop tard : « Ce n’est pas de la négligence ou de la mauvaise volonté, affirme-t-elle. Les propriétaires ne se sont pas assez informés, il faudrait pouvoir être présent au quotidien pour répondre à leurs questions. »

Pour pallier ce problème de communication, la jeune femme a alors une idée : créer une application et un chatbot afin de toucher directement les propriétaires et éviter ainsi les drames involontaires.

« Je me suis dit qu’il y avait des choses à faire pour informer les propriétaires d’animaux domestiques. Les gens ne reçoivent pas assez de conseils, ils ont besoin d’être accompagnés. Lorsqu’on a un animal de compagnie, on est face à une autre espèce que l’on n’est pas forcément en mesure de comprendre. Beaucoup de personnes ont tendance à faire de l’anthropomorphisme. »

Le Booster, une opportunité précieuse

Avant d’intégrer la Saison 5 du Booster, Élise Bertet a déjà son idée en tête, mais elle se pose des questions en ce qui concerne le business model. « Je savais ce que je voulais faire. Le Booster m’a beaucoup aidé sur certains points, notamment pour réfléchir sur le moyen de financer et de commercialiser ma solution. »

Après avoir créé une application pour smartphones, elle se lance dans le développement d’un chatbot qu’elle compte proposer aux cliniques. L’objectif ? Acquérir une base solide de contenu et, au fur et à mesure, faire gagner du temps aux cliniques qui répondent habituellement aux questions par téléphone.