Le Booster saison #4 : BigMeUp

bigmeup

Toutes les startups naissent d’une idée. Ça tombe bien, Alex Rigaldo, salarié chez Orange, en a trouvé une au printemps 2016, suite aux événements entraînant une certaine fracture sociale entre l’Etat et les Français sur le domaine de l’emploi. Force de proposition, il décide de faire avancer les choses à son échelle et pose une question simple aux patrons de PME : « Pourquoi n’embauchez-vous pas ? » La réponse ? « Nous avons des besoins ponctuels et la législation actuelle nous dissuade de toute embauche. » En parallèle, il s’est aperçu qu’il existait un véritable vivier de particuliers souhaitant travailler ponctuellement, dont la problématique est d’accéder au monde de l’entreprise : étudiants, demandeurs d’emploi, jeunes retraités, personnes au foyer ou même des salariés qui ne veulent pas perdre les compétences qu’ils n’ont pas l’opportunité d’exercer.

Alex a imaginé la solution : mettre en relation les entreprises et les particuliers sur une même plateforme nommée BigMeUp. Sa valeur ajoutée ? Un paiement automatique ainsi qu’un service de portage administratif personnalisé avec à la clé, une aide à l’enregistrement légal, une vérification de la conformité du travailleur et une émission de pièces comptables (devis, bons de commandes, factures). Autrement dit, la plateforme vérifie le statut juridique et social du travailleur et gère la relation commerciale entre les deux parties.

Pourquoi le Booster ?

C’est en participant au programme d’accompagnement d’essaimage d’Orange qu’Alex a eu vent du Booster. Il correspondait pile à ses besoins du moment : « Le Booster est une expérience formatrice, à la fois par la structure du programme adaptée aux projets naissants et la qualité des intervenants qui nous font désapprendre ce qu’on pensait maîtriser. Etre startuper ce n’est pas le même état d’esprit, on change totalement de modèle, de paradigme ! »

Aléa et rebond

Au départ avec un associé, Alex a dû continuer le projet seul : « C’est là que l’on voit que l’innovation naît souvent de la contrainte. » Une fois sa plateforme en poche, il a fait appel à des mentors pour des conseils techniques sur la tenue d’un site web et à des étudiants pour gérer la plateforme de portage administratif. « J’utilise les réseaux, je démarche moi-même : je vais voir les startups, je vais voir les PME, je vais voir les écoles. J’attaque le marché […]. Tout en faisant cela, je cherche à parler, convaincre et surtout écouter pour confronter mon projet à d’autres opinions. »

Risques et avantages

Grâce à son background, l’analyse de risques est un réflexe pour Alex. Le premier est d’ordre légal, comme un changement potentiel de la législation qui menacerait le fonctionnement de sa plateforme. Le deuxième se situe du côté de la concurrence indirecte, qui vise le travail temporaire, et directe ciblant les micro-entrepreneurs via des plateformes de free-lanceurs et des plateformes ouvertes sans portage administratif. C’est à partir de ce second risque que le projet tire ses avantages : il se différencie de ses concurrents. En effet, BigMeUp est un site web d’intermédiation complètement ouvert afin de favoriser la confiance et qui n’interfère pas entre les deux parties, hormis pour cadrer le contrat à travers le service de portage administratif.

Comment as-tu trouvé le nom de la plateforme ?

« J’ai transpiré sang et eau sur le nom ! » Au cours de cet effort, Alex a tout de même fait ressortir quelques éléments pour l’aider à trouver un nom. En-dehors de l’aspect financier, le particulier a l’occasion de débloquer une problématique de l’entreprise et celle-ci, d’améliorer les compétences du particulier. Par conséquent, chacun travaille l’un pour l’autre puis se quitte en ayant grandi entre temps. Faisons-nous grandir : BigMeUp.

 

En savoir plus

Site internet

Twitter/BigmeUp

Facebook/BigmeUp