Le Booster #6 : Ministry of Tones renouvelle le pedal board des guitaristes

Vous pratiquez la guitare électrique ? Les projets d’Erwan Marie vont vous intéresser ! Pedal board d’un nouveau genre et amplificateurs façon French Touch, Ministry of Tones prépare l’arrivée de produits pour « guitar addicts », amateurs comme professionnels.

Jouer plutôt que bricoler

À 40 ans, Erwan Marie est un ancien militaire en reconversion professionnelle : « Je sors tout juste d’un master en global supply chain et j’ai négocié avec l’école pour ne pas faire de stage mais enchaîner avec la création de mon entreprise. L’idée m’est venue il y a 4 ans de la pratique de la guitare. Je joue depuis 25 ans et j’ai identifié des besoins qui ne sont pas satisfaits par les produits du marché. J’en suis venu à concevoir un produit spécifique, dans une gamme de prix premium, qui répond à certaines problématiques des guitaristes ».

Ce produit porté par Ministry of Tones et qui n’a pas encore de prototype, est un pedal board d’un nouveau genre : une plateforme physique qui réunit toutes les pédales d’effet, toute la connectique ainsi que l’alimentation. Les produits présents sur le marché sont simples et demandent du bricolage pour être mis en oeuvre. Et les doigts d’un musicien craignent un mauvais coup de tournevis ou une rencontre avec une scie à métaux.

Le but d’Erwan ? Proposer un produit avec toutes les fonctionnalités de base qui permettent de l’utiliser tout de suite avec la fixation de la pédale, un système de « câble management ». Le tout intégré, avec un design adapté aussi bien au salon des amateurs qu’au studio ou à la scène. Erwan explique : « Aujourd’hui, l’offre est artisanale on fabrique des systèmes à la demande avec des coûts assez important et des produits orientés pour les guitaristes professionnels alors que dans la réalité presque tous les guitaristes électriques ont une pédale d’effets. Avec le produit que je propose le guitariste peut se concentrer sur l’essentiel : jouer et pas bricoler ».

Du Master au Booster

L’intégration du Booster n’a pas été un hasard mais presque, comme le raconte Erwan : « On était à Bordeaux et ma femme a été mutée à Rennes, j’étais très content de venir en Bretagne pour commencer l’aventure. J’ai commencé à chercher une boîte pour domicilier mon entreprise et je suis tombée sur la French Tech trois jours avant la deadline pour s’inscrire au Booster : j’ai tenté et mon projet a été accepté ».

Depuis septembre, le projet d’Erwan a évolué : « J’ai pu faire avancer les choses et mieux définir ma stratégie qui était trop simpliste et se résumait à « produire puis vendre sur internet ». Aujourd’hui, je suis engagé avec des ingénieurs free-lances. On est sur la phase de prototypage, qui a pris du retard. J’ai donc du chercher comment continuer à financer la R&D. C’est pour ça que je développe une gamme de pédale d’effets avec un fabriquant, elles seront sur le marché ce début d’année. »

Pour faire connaître la marque avec un produit connexe, Erwan développe aussi une gamme d’amplificateurs à la carte, et très prometteurs : « Ils n’ont pas d’équivalent, puisqu’on a actuellement dans les grandes lignes le choix entre un son anglais ou un son américain. Avec des gens qui ont une vision ouverte du sujet, on a réussi à trouver autre chose avec une amplification et une définition très qualitatives. Ce n’est pas commun mais ça comble le vide entre l’option anglaise et l’option américaine. Et tout ça nourrit le projet initial ! », conclut l’entrepreneur guitariste.

Le Booster, c’est aussi ça : débuter avec une solution technique, se confronter à la réalité du marché et choisir de lancer d’abord un produit connexe pour faire connaître sa marque et créer un a priori favorable !