[Podcast] Disruption Protestante : une autre voix pour la startup nation !

Amateurs de buzzwords et ambassadeurs de la startup nation, accordez-vous une pause entre deux levées de fonds ! Installez-vous confortablement dans votre fat boy et lancez un épisode de Disruption Protestante, une série de podcasts surprenante et addictive qui ne brosse pas (forcément) la tech dans le sens du poil.

Un évangéliste de la Disruption Protestante

Aux manettes de votre future émission préférée, Antoine Gouritin. Ce Rennais au parcours foisonnant a imaginé Disruption Protestante pour parler technologie et startups en reprenant les bases (c’est quoi une startup ?) avec des illustrations concrètes, mais également en prenant de la hauteur. À la clé, un podcast inspirant (oui !) qui fait la part belle à la critique constructive.

À 29 ans, Antoine a plusieurs cordes à son arc : « J’ai fait une licence d’histoire après un passage en école d’ingénieur après bac. Pendant un stage dans une abbaye de la Manche, j’ai eu l’occasion de travailler avec des outils numériques pour les visites et j’ai commencé à travailler avec une boîte spécialisée dans le domaine ». En 2017, il décide de lever le pied après 4 années trépidantes ponctuées de nombreux aller-retour en Amérique du Nord. Début 2018, entre deux missions en tant qu’indépendant, il met en route Disruption Protestante. La série compte désormais 8 épisodes qui seront diffusés chaque semaine à partir d’aujourd’hui.

Mais… c’est quoi la Disruption Protestante ? 

Vous saurez tout en écoutant le premier épisode 🙂 Allez tout de même, on vous met l’eau à la bouche. L’idée est assez simple, nous dit Antoine : « il y a deux discours, en France encore plus qu’aux États-Unis selon moi. Le discours avec des œillères, ce que Morozov appelle le solutionnisme technologique. Dès lors qu’on apporte une solution technologique à un problème de société, c’est considéré comme positif sans forcément se poser la question des autres implications. Et la deuxième voix, c’est la moquerie gratuite à la Guillaume Meurice. C’est marrant, mais dénué de critique constructive. La Disruption Protestante, ce serait une troisième façon de parler de ces sujets-là. »

Quant au terme « protestant » qui peut surprendre de prime abord, il se justifie simplement : “Le volet protestant, c’est mettre à disposition de tout le monde la compréhension de cette parole au sujet de la technologie et des startups ». Et Antoine n’était pas à la recherche d’une innovation sémantique disruptive : « Associer innovation technologique et protestantisme, c’est vieux comme Gutenberg » !

Tendre le micro à son voisin et construire des ponts

Les sujets traités par Disruption Protestante ne sont pas des sujets locaux, ils questionnent le monde dans lequel nous vivons, celui de l’innovation, de la technologie, de l’IA, du web… Mais Antoine a choisi de les illustrer en allant à la rencontre de ceux qui vivent et travaillent ici, en Bretagne. Dans le premier épisode, vous entendrez par exemple Pierre Berthou de Farsight ou Sophie Barel pour le Hackacon [qui se déroulera à Rennes les 2 et 3 juin].

En définitive, on a donc un podcast qui revendique ne pas porter d’étiquette, mais propose de nous raconter des histoires : un programme tentant qui s’adresse aussi bien aux technoaddicts qu’aux curieux ou à ceux qui se considèrent comme oubliés de la startup nation. Ces sujets sont aussi les vôtres !

Quant à savoir qui est légitime pour lancer un podcast ou ce qui le distingue du replay, on ne se lancera pas dans de grands débats et sur les conseils d’Antoine on préférera « faire des contenus intéressants que les gens ont envie de découvrir plutôt que de se prendre la tête sur des désignations qui n’ont pas forcément de sens ». À bon entendeur !

Pour ne manquer aucun épisode de Disruption Protestante :