Crowdfunding : dernière ligne droite pour Pro-spare

La campagne de crowdfunding initiée par Pro-spare sur We do good prendra fin dans 4 jours : jusqu’ici le succès est au rendez-vous, ne manque plus qu’un ultime coup de pouce à cet acteur local de l’économie circulaire !

Un succès prévisible quand on regarde de plus près ce que propose Pro-spare. La société créée en 2014 a décidé de réveiller ces stocks industriels dormants mis au rebut après quelques années de dépréciation. A la clé, un canal de distribution innovant et un nouveau levier de compétitivité pour les professionnels.

Plus d’innovation, moins de gaspillage

On dit des bonnes idées qu’elles répondent avant tout à un besoin des utilisateurs. C’est en constatant dans leur quotidien professionnel le volume impressionnant des stocks industriels inutilisés que les fondateurs de Pro-spare ont imaginé une alternative à la poubelle, destination finale trop récurrente de nombreux matériaux.

En d’autres mots, Pro-spare fait le pont entre ceux qui cherchent à acquérir certains matériaux et ceux qui cherchent à s’en débarrasser. « Nous sommes en progression sur le volume et sur le nombre d’acheteurs parce que nous proposons aussi à nos clients un service de sourcing. Eux nous donnent entre 5 et 10 références qui leur coûtent cher, des achats récurrents en production et hors production. Nous n’avons pas forcément leur produit à l’instant T mais certainement dans les semaines ou mois à venir, à un moindre coût. C’est aussi là notre valeur ajoutée : leur apporter la bonne info au bon moment », explique Pierre Rupin, l’un des deux co-fondateurs de Pro-spare.

Le crowdfunding, et après ?

A la clé de cette campagne de crowdfunding, une embauche et un renforcement de la stratégie web pour que le canal de distribution proposé par Pro-spare soit plus visible de tous les acteurs concernés par le service.

Pierre Rupin l’annonce, c’est un expert en plasturgie qui rejoindra l’équipe mi-juin : « on a besoin d’avoir des experts métiers sur chaque typologie de filière avec laquelle on travaille. La plasturgie est un secteur mûr et facile à aborder pour nous dans un premier temps  : nous avons déjà un réseau et  des contacts et nous sommes en discussion avec les grands réseaux nationaux. »

Quant au référencement et à l’optimisation de la présence en ligne, c’est important pour se démarquer de la concurrence non pas sur l’activité principale, mais sur les produits eux-mêmes. A qualité égale, les produits achetés via Pro-spare savent déjà sortir du lot avec un prix entre 30 et 70% inférieur aux distributeurs traditionnels. « Sur certains produits, Pro-spare émerge déjà au moment de la recherche en ligne mais pas sur tous et c’est ce référencement qu’on a besoin d’améliorer », précise le jeune entrepreneur rennais.

Et ça bouge vite pour Pro-spare : depuis le début de la campagne de crowdfunding, le volume de stock disponible via la plateforme a doublé, passant de 700 000 à 1,5 million de tonnes !