Une étape rennaise pour le Tour de France Digitale ?

AAEAAQAAAAAAAAInAAAAJDM2ZWFjOGQ0LTg0MzMtNDU1Ny05N2EyLTk5NWY3NzgxZDAyYQ

>> DEPOSER MA CANDIDATURE << 

Pour la deuxième année, les startups du numérique sont appelées à déposer leur candidature auprès de France Digitale. L’objectif ? Tenter leur chance au concours national, mais également soutenir leur territoire. En 2015, Rennes ne faisait pas partie des cinq étapes du Tour de France Digitale. Si on se donnait toutes les chances pour cette nouvelle édition ?

À la clé du concours, un million et demi d’euros ! Un gain rendu possible par le co-investissement des business angels Olivier Mathiot (Price Minister) et Thierry Petit (Showroomprivé) et des fonds d’investissement 360 Capital Partners, Partech Ventures et Breega Capital.

Qui peut déposer une candidature ?

Vous avez créé une startup dans le secteur numérique ? C’est un prérequis indispensable… mais pas suffisant. Votre brillante startup — installée sur le territoire français — doit avoir moins de 5 ans d’existence, au moins un produit en bêta, un chiffre d’affaires ne dépassant pas 500 000 euros, et une ambition internationale.

Vous devez également y être investi à temps plein, comme le rappelle Laura Calmore, de France Digitale : « Un investissement de cet ordre nécessite disponibilité et ambition, il faut pouvoir formuler ses objectifs de développement hors territoire ». Si vous craignez de ne pas être assez fluent pour défendre vos idées en VO lors de la phase finale, pas de panique : vous pourrez compter sur l’accompagnement de vos coachs lors du « mentoring day ».

À l’arrivée, pas de perdants. Guillaume Thomas, ambassadeur de France Digitale pour l’Ouest et CEO d’Aladom, explique : « Pour les startups, il y a un effet coup de projecteur qui ne servira pas uniquement le gagnant. C’est notamment une chance de pouvoir rencontrer les 5 investisseurs ».

En route vers la finale

Dans un premier temps, les candidatures se font en ligne, sur dossier. Les 5 villes qui auront envoyé le plus de candidats seront automatiquement sélectionnées comme étapes du Tour de France Digitale.

Les demi-finales se dérouleront également en régions et les finalistes rejoindront ensuite Paris pour la finale, dans la deuxième moitié de juin. L’annonce de la shortlist de 10 startups se fera juste avant — le 7 juin — et les jeunes pousses sélectionnées participeront dans la foulée au mentoring day. Les entrepreneurs feront ainsi connaissance entre eux et avec l’équipe, et travailleront leur pitch sur le fond comme sur la forme.

Si vous correspondez au portrait-robot décrit plus haut, vous avez compris ce qu’il vous reste à faire ! D’autant que le Tour de France Digitale a d’ores et déjà envie de faire étape à Rennes, annonce Laura Calmore : « nous aimerions beaucoup passer par Rennes cette fois-ci ! Quand nous sommes venus pour un workshop, nous avons été très bien accueillis. On aime les relations créées avec nos ambassadeurs, qui sont très actifs. Si vous voulez que le Tour de France Digitale s’arrête dans votre ville, faites postuler vos startups ! »

Guillaume Thomas en est le premier convaincu : « Si l’ensemble des projets locaux qui correspondent aux critères dépose un dossier, on a toutes les chances d’accéder à ce fameux Top 5 ».

Ouverture aux régions

France Digitale s’est ouverte aux régions avec un objectif, résumé par Laura Calmore : « fédérer les écosystèmes régionaux et aller à la rencontre de leurs startups ». « Une manière aussi de faire passer les messages de la filière digitale et numérique pour faire avancer les sujets importants » complète David Leray, ambassadeur de France Digitale avec Go Capital.

Du côté de Guillaume Thomas, même discours :  « Avec France Digitale, nous servons de relai pour les acteurs du territoire. Je suis devenu ambassadeur pour développer ce lien entre les startups et les investisseurs, qui manque parfois dans les autres associations ».

Aujourd’hui, l’Ouest dispose d’une filière de financement plutôt bien organisée selon David Leray : « tous les projets ne sont pas forcément financés parce qu’il y a une question de priorité et de thématique chez les investisseurs, mais globalement, les bons projets se font financer. À titre d’exemple, Go Capital reçoit environ 400 dossiers par an et nous voyons 2/3 de ces porteurs de projets en rendez-vous ». Ce qui ne signifie pas pour autant que lever des fonds est devenu facile pour les startups, le concours de France Digitale est donc une opportunité à ne pas laisser passer : startups rennaises, à vos dossiers !