Retour vers le futur : 20 ans d’innovations avec i-Lab

i-Lab a soufflé ses vingt bougies vendredi dernier, l’occasion de jeter un coup d’oeil dans le rétroviseur lors de cette journée, et de fêter dignement ces deux décennies riches en innovations.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : depuis la création d’i-Lab et de l’incubateur Emergys, 175 entreprises ont été créées en région, dont 120 sont encore en activité, pour un total de 770 emplois et des levées de fonds cumulées de 110 millions d’euros. La Bretagne occupe d’ailleurs cette année la 3e place des régions françaises (et la 4e sur les 20 dernières années) grâce aux 7 projets bretons primés au concours national. De quoi être fiers de la dynamique de notre territoire et de ceux qui en font une terre d’innovation… pour aujourd’hui et pour demain !

Un accélérateur en R&D et un tremplin vers l’international

Quatre lauréats i-Lab ont témoigné de leurs parcours, comme Olivier Avaro, fondateur et dirigeant de Blacknut , primé en 2017 : « Il y a deux ans, mon projet de cloud gaming n’était pas dans l’air du temps. Il fallait y croire. Suite à ce concours, j’ai trouvé les bons interlocuteurs qui m’ont apporté à la fois l’écoute et la confiance dont j’avais besoin pour le concrétiser. i-Lab et Emergys m’ont permis d’accélérer la R&D, et nous sommes aujourd’hui en avance par rapport aux géants internationaux. »

Ce constat est partagé par Thierry Georges, fondateur d’Oxxius , primé en 2015. François Hubert, dirigeant de KemiWatt et lauréat du Grand Prix 2015, ajoute : « avant de créer mon entreprise, j’étais consultant. L’aspect écosystème est très important, car nous sommes entourés et accompagnés dans notre rôle d’entrepreneur. »

Et l’international ? Tous s’accordent pour dire que c’est une composante essentielle, une vocation même. Christian Quéffelec, primé en 2001 — pour l’une des deux startups qui ont ensuite mené à la création d’Astellia — explique : « les lauréats vont très rapidement se déployer à l’international. Les entreprises innovantes qui peuvent bénéficier de l’appui de ces dispositifs sont des entreprises qui voient loin et qui ont besoin de lever de fonds. D’ailleurs, l’étape du prix i-Lab est déterminante pour passer à celle de l’approfondissement de la recherche et au développement du produit. »

Les jeunes pousses sous les projecteurs

Parce que les entreprises ne se créent pas seulement après le passage par la case études mais aussi pendant, le concours Pépite-Tremplin aide et accompagne les jeunes entrepreneurs. Trois d’entre eux ont partagé leur retour d’expérience après avoir remporté ce prix.

Pierre Plantard, créateur de Kiméa et lauréat 2017, témoigne : « avant de remporter ce prix, nous nous demandions comment valoriser nos travaux de recherche. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé. Notre dotation nous permet de créer notre entreprise et des grands groupes de l’automobile, de l’agroalimentaire ou de la métallurgie sont intéressés par notre technologie. » Mais ce n’est pas tout : « cela nous a permis de décrocher un autre prix : le challenge Pépite France, qui nous a ouvert les portes du French IoT porté par le groupe La Poste. Nous pourrons exposer au stand du groupe au CES 2019 ! » De quoi donner de la visibilité au projet.

Pour Romain Berrada, co-fondateur de LiveStep et lui aussi lauréat 2017, « ce prix nous permet de finaliser la technologie, qui le sera d’ici décembre. Et l’année prochaine, nous entamerons la commercialisation. »

Loig Peigné, primé en 2015 et co-fondateur de Lokefoil , ajoute : « Nous avions beaucoup plus de crédibilité auprès des banques après avoir remporté ce concours. Pas seulement parce que nous étions plus visibles ou parce que nous avions bénéficié d’une dotation, mais aussi parce que nous sommes plus structurés : nous savons présenter notre projet et le défendre. Nous avons notamment participé à des formations flash à Rennes Atalante pour nous préparer à la gestion et au développement de notre entreprise ».

Ce que nous avons retenu de cette journée de témoignages ? Tous ont affirmé leur volonté de rester présents sur le territoire breton, qui dispose déjà d’un tissu économique et académique fort. Et d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que Rennes figure au palmarès des villes où il fait bon entreprendre  😉

  •  Découvrez en photos les moments forts de cette journée ainsi que le feu d’artifice tiré du Mabilay pour l’occasion !

-> A lire aussi ! L’article Ouest-France « Emergys Bretagne, 20 ans de soutien aux technologies innovantes »