Start-up on the beach : sous le soleil exactement

48 startups, plus d’investisseurs et plus de soleil, voilà en résumé la formule de la deuxième édition de Start-up on the beach.

Avec un nouveau décor très à propos pour des startups ambitieuses et aventurières : le Palais du Grand Large de Saint-Malo.

Ambitieux, l’événement l’est aussi et La French Tech Rennes St Malo et Digital Saint Malo en parlent d’une même voix : « avec cette deuxième édition, Start-up on the beach gagne sa place dans l’agenda Tech, entre Vivatech et le West Web Festival ! » explique Laurent Bertaux. Le nouveau président du directoire de la French Tech Rennes St-Malo se réjouit de voir de nombreux acteurs fédérés autour de cette journée. Comme à Digital Saint Malo, où la combinaison plage et numérique est naturelle : « Ici, l’innovation fait partie du paysage, presque au même titre que la mer » rappelle Stéphane Maillard, son président.

Des investisseurs attentifs et curieux

La force et la raison d’être d’une journée comme Start-up on the beach, c’est de réunir dans un format privilégié les accélérateurs, les startups et les investisseurs. Pour rappel, l’organisation se découpe en deux volets principaux : les traditionnelles séances de pitchs étalées sur toute la journée (2 « tracks » parallèles de 25 startups chacun) et les 1-to-1 où startups et investisseurs se rencontrent en privé pour échanger.

Boris Golden, du fonds Partech Ventures, était déjà présent l’an passé : « L’occasion de rencontrer d’un coup tout l’écosystème de l’ouest, qui est un écosystème assez étendu, ne se présente pas tous les jours : c’est l’opportunité de l’année de voir toutes les startups qui ressortent un peu. Pas forcément pour trouver LA startup mais pour découvrir ce qui se fait. Et si ce n’est pas pendant cette année ce sera peut-être la suivante où on trouvera le projet qui nous donnera vraiment envie d’investir. Dans tous les cas, on sent que l’événement prend de l’ampleur et réunit de plus en plus d’investisseurs ! »

Un événement dense auquel participent évidemment les investisseurs locaux comme Isource Breizh Up: « La découverte des projets via le format pitch donne un premier aperçu de la capacité des startups à vendre leur produit ou à transformer une solution technologique en produit. Comme on est un fonds d’investissement local, on connaît déjà beaucoup de projets mais on voit quand même des nouveautés et des choses intéressantes qu’on a envie de creuser. En Bretagne, on a un tel terreau d’innovations et de compétences que de belles choses risquent d’émerger dans les prochaines années. On se réjouit que les investisseurs parisiens s’y intéressent ! » détaille Stéphane Lefevre-Sauli.

Des startups ultra motivées

Du côté des startups on attend du concret et la préparation a été consciencieuse au sein des incubateurs ! Au Village by CA, Start-up on the beach, c’est un mois de travail en amont : « On a préparé nos startups aux séances de pitch mais également aux questions et aux échanges avec les investisseurs. On les a même mises dans la peau des investisseurs pour leur faire comprendre concrètement à quelles questions elles devaient pouvoir répondre », raconte François Cormier.

Spécialisée dans les interfaces naturelles, Synergiz est venue pour pitcher : « on travaille depuis 7 ans sur un positionnement particulier et de ce positionnement nous avons identifié deux axes de forte croissance et nous devons aujourd’hui en financer le développement commercial. Nous sommes en train de finaliser un premier tour de table et qui sera terminé d’ici septembre. Nous sommes là dans la perspective d’une deuxième accélération dans 12 à 18 mois. Nous venons rencontrer les investisseurs aujourd’hui pour démontrer le potentiel et marquer un point d’étape : Notre objectif est qu’ils puissent constater le chemin parcouru quand nous nous reverrons d’ici quelques mois. », explique Fabrice Barbin.

Les startups présentes à cette journée en sont à des stades de développement différents et leurs besoins ne sont pas tous les mêmes. Déjà présente l’année passée, One Wave souffle sa première bougie. Thomas Lechevallier nous explique pourquoi il est revenu à Start-up on the beach : « on vient de lancer une campagne de financement sur Gwenneg pour le prototypage de notre carte universelle et on souhaite garder le contact avec les acteurs de l’investissement parce qu’on a une grosse levée de fonds qui se prépare pour mars-avril 2018. On veut leur montrer qu’on est au travail et leur dire de se préparer parce qu’on aura besoin d’eux l’année prochaine« , sourit Thomas.

On a donc un cadre exceptionnel, une logistique sur les rails, des investisseurs enthousiastes, des startups motivées et des accélérateurs impliqués. Avec en cerise sur le gâteau, un déjeuner sur L’Étoile du Roy et un soleil éclatant. Vivement juillet 2018 !

 

Bravo aux accélérateurs partenaires pour leur travail et leur engagement : Fairwest, IMT Atlantique, La Nurserie numérique, Le Booster, Le Grenier numérique, Le Village by CA, Orange digital entrepreneurs school, Silicon B, Starter Pépites de BretagneRennes Atalante.

Et merci à nos sponsors : Asteryos, BNP Paribas,  Etoile Marine Croisières, Groupe Beaumanoir, InExtenso, Partners Patrimoine, SoLocal

Le storify 

L’album photos

 

Un commentaire

    Les commentaires sont clos.