Hello my name is… Jean-Baptiste de Bel-Air

Avec son associé Nicolas Maloeuvre, cet entrepreneur est à la tête de l’une des startups les plus prometteuses de la place rennaise : Steeple. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il s’est installé avec son équipe au Startup Hotel du Poool… après avoir décroché le Pass French Tech.

Il était une fois…

Jean-Baptiste de Bel-Air et Nicolas Maloeuvre se sont rencontrés sur les bancs de l’école. Après un passage à l’ESC Rennes pour le premier, et à l’INSA Rennes pour le second, leurs chemins se croisent à la faveur d’un Master dédié à l’entrepreneuriat et à l’innovation. Tous deux entrepreneurs dans l’âme, ils mêlent leurs compétences dans un projet qui leur tient à coeur : créer une plateforme sociale pour les entreprises.

Ils fondent ainsi Steeple, leur diplôme à peine en poche. « Nous avions identifié que la communication interne était difficile dans les PME et dans les grands groupes. Nous avons eu l’idée de digitaliser le tableau d’affichage, grâce à de grands écrans tactiles et via des applications mobiles et web », explique Jean-Baptiste de Bel-Air.

Après deux années de recherche et développement, le produit est commercialisé en avril 2017. En 2018, Steeple génère déjà un million d’euros de chiffre d’affaires, avec un portefeuille de plus de 200 clients.

Un outil de vie au travail

Steeple centralise les informations à destination des collaborateurs, et entre collaborateurs. « Notre outil est très simple à utiliser au quotidien, à l’inverse des réseaux sociaux d’entreprise organisés en groupe, en sous-groupes ou en channels. Et l’ordinateur n’est pas l’unique point d’accès », commente Jean-Baptiste de Bel-Air. « Nos clients nous disent ne plus pouvoir s’en passer ! »

Pourquoi ? « Steeple n’est pas un outil de travail, mais un outil de vie au travail. Il fédère les collaborateurs qui peuvent prendre la parole et partager leurs informations, librement. Il n’y a pas eu de dérapage, car chaque personne est identifiée. Nous accompagnons aussi nos clients, de la prise en main à la suggestion de contenus. »

« Dans un contexte où le marché du travail est tendu, Steeple est un outil collaboratif qui favorise l’esprit d’équipe. C’est un argument RH supplémentaire pour limiter le turnover ». Des rubriques spécifiques, comme « entre nous », ont été pensées pour faciliter les échanges et les rencontres entre collaborateurs — des petites annonces aux marathons organisés ensemble.

Des ambitions fortes

Jean-Baptiste de Bel-Air n’est pas de ceux qui se reposent sur leurs lauriers : « en 2017 nous étions deux, puis dix lors de notre entrée au Startup Hotel du Poool début janvier. Nous serons quinze le mois prochain, et notre objectif est de constituer une équipe d’une vingtaine de personnes d’ici la fin de l’année ».

Né à Rennes, Steeple s’est déjà développé dans le Grand Ouest et en Île-de-France. Le premier commercial a d’ailleurs été embauché en 2018, et de nouvelles perspectives sont envisagées un peu partout dans l’Hexagone — à Lille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux ou encore Marseille.

« Le Pass French Tech récompense les 200 meilleures entreprises en France. Steeple est l’une des plus jeunes startups à l’obtenir, et nous n’avons pas eu besoin de mener une levée de fonds. » L’objectif pour 2019 : « Notre challenge interne est de monter en première division, pour viser l’international. Nous voulons figurer parmi les 50 premières startups françaises. »